Compte-rendu 2019

Accueil / B.M.L.D / Compte-rendu 2019

Bilan en chiffres du BMLD 2019 de Chantonnay

200 km    inscrits: 35    partants: 34    abandons: 18    ont terminé dans les délais: 16
120 km    inscrits: 22    partants: 21    abandons: 9      ont terminé dans les délais: 12
        à noter: 8 femmes sur 11 ont terminé dans les délais
Les finisseurs:
finisseurs du 200 km finisseurs du 120 km
BERNARD JEAN-BAPTISTE 31470 AUDUREAU HERVE 85600
BOURMAUD JEAN-LOUP 85540 BLANCHARD JEAN-LUC 85250
BOURRASSEAU ELISABETH 85110 CHABIRON MARYSE 85700
BOURRASSEAU MICHEL 85110 FRANKS NIGEL 85480
BOUYE ISABELLE 17230 GUERIN JACKY 85500
CHARRIEAU BERNARD 85480 JAUDRONNET SOPHIE 85110
CLEMENT OLIVIER 85310 LOISEAU ISABELLE 49300
DAVIAU DENIS 75017 LOISEAU MARGAUX 44000
DELAIRE ISABELLE 85140 ORIEUX CHRISTOPHE 85600
DUBOIS SYLVAIN 03440 PEYRESOUBES LUCAS 44000
GROLLEAU NELLY 85110 RABILLÉ MANUEL 85110
GUIGNARD BERNARD 85110 RAVON ALBAN 85110
HERAUD YANNICK 85110
PERRICHOT STEPHANE 56120
PIGNON JEAN-PIERRE 85390
TEXIER EMILIE 85250
Emilie TEXIER a bouclé les 200 km en moins de 75 heures. Son témoignage:
 
Petit résumé d’un grand BLMD de 200km
Jeudi, j’arrive à la salle et je suis déjà très excitée, c’est le grand jour, ça fait un an que je bassine mes collègues pour avoir ma journée et mes amis qui me disent que je suis folle. Mais ah quoi bon, je ferai ce blmd quoi qu’il arrive.
Mon ami Jeanine décide de m’accompagner, pourquoi pas ? seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !!
Nous avions décidé de faire 60 km jour, nous prenons donc le départ dès 9h, c’est l occasion d’échanger avec les participants.
Il fait chaud mais c’est supportable, le port du sac est lourd mais ça le fait, on découvre la beauté des paysages, quelle est belle la Vendée ! on n’est un petit groupe de 5, on décide de manger au km 40, histoire de se requinqué, une fois fini, je remballe et au bout d’un km, je me souviens avoir laissé mes lunettes sur le muret, alors comme dit l’expression « Quand on n’a pas de tête, on n’a des jambes » donc demi tour. Le groupe m’attends, on finira au km 60 vers minuit.
Rincé mais contente, un brin de toilette et au lit. J’ai pas de difficulté à dormir, et heureusement car entre les ronflements, les arrivées des participants, le bruit de la couverture de survie du voisin, faut être solide ! 
Vendredi, 5h du mat, Jeanine pense me réveiller et secoue mon voisin, elle me demande de décoller, en 5 minutes, je plie tout, elle n’a pas fermer l’œil et veut dormir dans un gîte au km 120, je lui trouve, tout se passe bien jusqu’au km 80, on arrive au point bagage, quel accueil !! saucisson, fromage, chocolat … etc faut pas grand chose pour être heureux! 
Un brin de toilette et c’est reparti ! on n’ attaque Mervent-Vouvant, le dénivelé est rude et il fait très chaud. Arrivée au bar Mélusine, Jeanine commence a peiné, on décide de faire une pause, sauf que plus de gaz dans le camping gaz, dommage !
Et c’est reparti, plus on avance et plus Jeanine est fatiguée, sortie de Mervent, elle n’en peu plus, je décide trouver un gite plus tôt au km 112. Mais arrivée au km 109km, c’est le coup de chaud, je sollicite des personnes pour l’emmener au gîte, heureusement, il y a des gens sympas.
Me voila seule, je trace jusqu’au km 112, je pointe à lutine et je trouve le gîte, une bonne douche et dodo, sauf que je dors par intermittence, mes 10 kms de retard tourne en boucle dans mon cerveau.
 
 
En plus, j’ai plus de portable et je ne sais même pas ou je l’ai perdu. Bref, je décide de repartir dès 3h du mat, poussée par l’adrénaline. Sauf qu’en partant, j’ai oublié de récupérer le crayon de Jeanine, le mien est surement avec le téléphone, je vois de la lumière à la boulangerie, je tente ma chance et c’est gagné !
J’arrive à Foussais à 5h30, une pause de 30 minutes, et je repars, je veux enchaîner et avancer, je passe donc le point bagage dans les temps, vidée et épuisée, je pensais récupérer mon bagage sauf que je n’ai pas du lire tout le truc, du coup je ne peux pas me ravitaillée pour les 2 prochains jours. Après une heure de repos, je repars avec deux gars, sauf qu’on est pas sur le même rythme, ils rêvent d’une sieste, je rêve de mon arrivée. Je fais une pause au camping de la Tardière ou je cherche la boite aux lettres un bon moment, je rencontre deux autres gars très sympa. La dernière étape est difficile, je me casse la gueule sur une souche, je me perds avant d’arrivé à Mouilleron, puis il fait vite nuit, les kms sont longs, je vois la lumière de Bazoges mais j’ai l’impression que je la contourne, aux ouches, je me rends compte que je ne peux pas y dormir, étant allergique à la pelouse, je prends l’option de l’abri bus, je m’installe, 1h passe, quelqu’un me crie dans les oreilles  » Madame, ça va? vous avez bu ? non je dors, je fais une marche, « vous êtes sure de ne pas faire un coma éthylique ?  » oui je suis sûre, laissez moi dormir, à ce moment là, je remballe et je décide de dormir ailleurs.
Dimanche, déjà ! je me rends compte que j’ai marché sur une amplitude de vendredi soir 3h à hier soir minuit, je me secoue pour les derniers 20 kms, je rêve d’un café, sauf que les rues sont désertes à 6h du mat alors je marche, j’entends une rave-party, je flippe un peu de passer devant. Oh, un petit chien me saute dessus, peut-être que son maître est dans le coin ? bingo ! je m’invite chez lui pour prendre un café, je vois bien qu’il est plus intéressé par le rugby que par mon périple, en tout cas je me sens mieux.
Je pointe à la Morlière ou je retrouve les deux gars du camping, je leur demande de me porter, les derniers kms sont les plus durs.
Bilan, je passe l’arrivée à 11h, ému, heureuse et fière !
Je réalise que c’est mon mental qui m’a guidé, dans les moments difficiles, j’ai toujours visualisé mon arrivée, j’ai chanté, j’ai parlé toute soute seule, j’ai compté ma vitesse moyenne et j’ai profité de cette soif d’avancer et du contact avec la nature
Une belle expérience, des moments inoubliables, pas une goutte de regrets et de belles rencontres
Merci à vous personnellement et à toute l’équipe des jaunes
 
Emilie
Denis DAVIAU a bouclé son 200 km en moins de 2 jours (47 heures) !!!
 
Par le présent, je souhaite à nouveau vous remercier de votre excellente organisation de cette marche de longue durée et également vous faire part de mon retour d’expérience.
 
La grandeur et la réussite de votre marche (unanime succès) répondent à de multiples paramètres, à savoir:
  • la beauté des sites et paysages parcourus tout au long de ces 200 kms;
  • la diversité des chemins empruntés et paysages variés et boisés ;
  • les villages ruraux traversées;
  • les rivières et rus franchis et longés.
  • les difficultés de l’épreuve proprement dite
  • l’accumulation des kilomètres (enchainement des étapes sans récupération). Le charme de cette épreuve relève de l’enchainement sans véritable repos (confortable), cela diffère des marches de 50 kms auxquelles il est possible de se reposer à l’issue (douche, massage, restauration);
  • les marches nocturnes donnent un tout autre aspect à ces difficultés mais compte tenu de la chaleur diurne, il était nécessaire de marcher la nuit. Les distances modifiées (impression), le rythme de la vitesse  ralenti et la lutte contre le sommeil forment un cocktail détonnant et surtout met à l’épreuve le moral du marcheur;
  • l’utilisation de topo-guide demande une préparation en amont, notamment la nuit. Cette difficulté m’a été grandement facilité du fait d’être toujours accompagné d’un marcheur qui connaissait parfaitement le parcours. Cette épreuve nécessite de trouver un binôme indissociable et complémentaire, un camarade marcheur est indispensable pour affronter les moments difficiles, notamment la nuit.
  • l’épreuve est découpée en 10 étapes de 20 km, ces sections sont très appréciables pour rythmer son parcours; gérer son alimentation, ses ravitaillements et ses récupérations. Ces différentes étapes étaient toutes aussi difficiles à franchir les unes que les autres. Elles comportent toutes des difficultés et ce jusqu’à l’arrivée. Ces obstacles fomentent véritablement la dureté de l’épreuve, le marcheur doit toujours se préserver (en garder un peu sous la semelle) pour gravir toutes les étapes.
 
 
les contrôles inopinés ont ajouté du piment à cette épreuve. Les passages obligatoires sollicitent le marcheur au respect scrupuleux du règlement et des consignes transmis par l’organisation. Les contrôles secrets complètent ce panel et ajoutent une véritable crédibilité à l’épreuve. C’est une incontestable plus-value.
Je réitère mes propos, l’organisation a été parfaite et ce pour une première édition. Mes axes de progrès formulés ci-après ne sont que des points de détails visant à améliorer les épreuves à venir.
  • débuter l’épreuve un peu plus tôt, notamment si les journées sont chaudes. Le rassemblement à 6h00 pour un départ à 7h30 serait parfait;
disposer de moins de tracer sur route et un peu plus de sous-bois et ou chemins forestiers.
Je n’ai pas vraiment d’anecdote à vous formuler, seulement, les effets liés à une fatigue intense durant les nuits.
Au cours de celles-ci, il m’arrivait de tituber sur la route et ce durant plusieurs heures. Durant les batailles contre le sommeil, la peur me saisissait parfois, elle était liée à la vision déformée de mon environnement. Tantôt la vision de reptiles jonchant le sol en guise de morceaux de bois, des silhouettes humaines dissimulées dans les arbres et bien d’autres interprétations.
 
Enfin, cette épreuve m’a permis de repousser davantage mes limites physiques et psychologiques. A la fin de la première journée, en abordant les 80 kms, les premiers symptômes (souffrances physiques) sont apparus. Tout d’abord, les premiers signes d’une périostite qui m’a fait souffrir jusqu’au bout, les douleurs aux pieds et enfin la lutte contre le sommeil. J’ai alors beaucoup apprécié les fins d’étape qui nous permettaient de nous réalimenter, de changer de vêtement, d’assurer les soins corporels (pieds, autres parties échauffées) et parfois de réaliser des micro- siestes. Quel bonheur de constater que le corps humain pouvait recharger les batteries après quelques minutes seulement de repos (allongé sur un banc, un pan de pelouse, sur une murette)!
 
Voilà, j’en ai presque terminé avec mon retour d’expérience, juste pour vous annoncer que je suis prêt à revenir l’année prochaine et à recommencer une nouvelle aventure…avec vous.
En attendant, je vous souhaite une bonne continuation, une belle préparation et surtout savourer avec votre équipe le succès de cette magnifique épreuve. Toutes mes félicitations (ter).
 
Au plaisir de vous revoir
Bien sportivement
 
Denis
 
Yohann VASSEUR a abandonné au bout de 140 km
 
Nous retrouvons notre quotidien après cette expérience du BMLD 200km.
 
Désolé de ne pas avoir atteint l’objectif mais une sacrée douleur au pied (qui persiste encore un peu!) m’a contraint à arrêter à 140 km.
Un grand merci malgré tout pour le parcours réalisé. Malgré certains égarements, le descriptif et le plan sont efficaces, j’ai bien apprécié les indications entre crochets qui nous permettaient de nous rassurer parfois. Vous avez réalisé un beau travail dans le détail de l’ensemble des informations.
 
Je connaissais un peu les environs de Chantonnay pour les quatre fois 42 km réalisés deux ans auparavant mais j’ai adoré cette expérience, gérer son temps, ses efforts, son repos, ses ravitaillements et déposer petit à petit notre bulletin dans les boites aux lettres.
 
Les meilleurs souvenirs ont été les passages dans le domaine de Mervent-Vouvant, les villages sont agréables et les forêts et les plans d’eau ont été bien appréciés par le temps chaud du week-end.
 
La nuit dans le village de Foussais a également été bien reposante malgré un départ le lendemain un peu difficile.
 
L’année prochaine, le périple se rapproche de chez moi et des bords de Sèvre que je connais bien. J’espère pouvoir y participer. Et on apprend aussi de ses échecs, la légèreté du sac à dos a sans doute été un bon choix pour les lauréats, la tente ne sera sans doute plus de la partie !
 
 
Jean-Charles Texier n’a fait que les 61 premiers kms du BMLD 200 KM
 
Je vous fais part de mon ressenti sur le bmld 200
malgré mon abandon a 61 km,j’ai été entièrement satisfait de cette épreuve.
les informations du tracé comme celles du road book sont clair et très organisées
je me suis très vite pris au jeu, mais par manque d’expérience je n’ai pas su écouter mon corps.l’impatience sans doute ou la crainte de marcher seul la nuit.
je suis convaincu que je peux le faire et compte bien terminer mon parcours cet été.
évidemment je reviens pour l’année prochaine vu l’affiche que vous avez partagé dans la salle,j’en ai déjà l’eau a la bouche et vous félicite pour tout ce travail de fourmis que vous avez du réaliser.
organisation et accueil au top. 
marcher avec une topo.s’arrêter quand on veux et bivouaquer dans des lieux improbables.je trouve l’idée géniale
encore merci.
 
Fabien JALLIER a parcouru les 60 premiers kms du BMLD 120
 
Merci pour ce week-end, c’était vraiment sympa même si je n’ai pas terminé. Le parcours était magnifique avec un temps superbe, et l’ambiance entre marcheur était très convivial.
Pour ma part, la course à pied ce n’est pas de la marche, mais je pense revenir l’année prochaine, pour le BMLD version 2 avec l’expérience de la version 1.
Pour ma part ,si l’organisation reste la même l’année prochaine, je n’ai pas grand chose à rajouter.
Merci pour l’organisation et à l’ensemble des bénévoles.
A bientôt
 
Sébastien BRANGER a parcouru les 107 premiers kms du BMLD 200
 
Je prend enfin le temps de vous faire part de mon expérience sur le 200KM hélas non finalisé.
 
C’est une très belle expérience pour pouvoir se tester sur la grande distance sans avoir de rythme imposé. J’ai trouvé le parcours très intéressant par les chemins empruntés et les paysages divers. 
 
Le départ a été très rapide, surement l’euphorie d’une première expérience pour beaucoup d’entre nous. J’ai rapidement trouvé un compagnon de randonnée, ce qui permet de se conforter dans la prise de décisions. Je lisais le topo guide et lui la carte ce qui nous complétait parfaitement. On a avalé les 62 premiers kilomètres la première journée. Nous avons passé la nuit à l’étang, lieu très calme car nous n’étions que 3. Le lendemain, avec un départ à 6h, nous a permis de croiser et revoir certains compagnons qui ont passé la nuit dans la salle du KM60. Leur nuit a été très mouvementée par les allers et venus, ce qui nous a conforté dans notre choix de faire deux kilomètres de plus ce premier jour. Cette journée du vendredi a été éprouvante mais le premier objectif visé était de passer le KM100. Le rythme était beaucoup moins soutenu que la veille. Une belle surprise nous attendais au contrôle du KM80 par les organisateurs. Un arrêt d’une demi heure, chaussures ôtées, pieds nus sur le carrelage froid, petit ravito avec café à rebooster beaucoup d’entre nous. Nous avons aussi pris le temps de soigner les bobos. Chacun a pu faire part de ses premières expériences avec ceux qu’ils croisaient. L’objectif premier se rapproche, à savoir le KM100, mais il se fait attendre car les magnifiques sentiers de Vouvant et Mervent sont difficiles avec les kilomètres déjà parcourus. La plante des pieds est extrêmement chaude et le moindre frottement l’échauffe encore plus. Nous atteignons finalement l’objectif vers 16H. Le temps de grignoter un petit morceau et c’est reparti. Je traine une douleur depuis plusieurs kilomètres au niveau de l’entrejambe. Le frottement des cuisses a causé un bleu qui s’intensifie de plus en plus et il s’irrite très rapidement. Je décide finalement d’abandonner au rond point de saint Luc au KM107. La distance restante était trop importante pour la parcourir avec une blessure.  Je quitte finalement l’aventure et rentre chez moi. Une bonne douche et une bonne nuit de sommeil m’attendaient. 
 
Finalement ça a mis quelques jours à se soigner.
 
Je reste sur une note amère mais c’était une très bonne randonnée et une très belle expérience. J’espère pouvoir prendre ma revanche l’année prochaine (si toutefois c’est reconduit, de plus que l’itinéraire annoncé est très alléchant). Je connais les points à améliorer et les erreurs à éviter pour espérer boucler le parcours.
 
Encore merci pour cette belle aventure et à l’année prochaine j’espère.